L'ENCBW numérique en prolongement du Projet Ecole numérique

Lors d’une conférence[1] à la Sorbonne fin janvier 2013, Michel  Serres déclarait que l’écart entre les pratiques nouvelles nées de la diffusion généralisée, dès le plus jeune âge, du numérique et celles des organisations instituées à une époque où l’humanité vivait autrement, est devenu considérable. L’entrée dans cette nouvelle ère de l’humanité interpelle la sphère académique. L’École et l’Université doivent engager leur métamorphose.
Cette interpellation comme bien d’autres depuis quelques années nous oblige à nous questionner sur  notre enseignement. A l’heure où le décret Marcourt nous demande de reconstruire nos programmes, la société nous invite à tenir compte de cette ère nouvelle qui s’ouvre actuellement. Il n’y a plus un jour qui passe sans qu’un article, une conférence ou un colloque nous propose une réflexion sur cette génération Y ou Z, sur l’utilisation de ce monde virtuel, sur notre place d’enseignant à l’heure du numérique.
Dans le cadre du deuxième appel à projet autour du Plan ‘Ecole numérique’ du ministre Marcourt, l’ENCBW a introduit une demande pour le projet ‘DIDAC’TIC, quand les outils viennent renforcer l’efficacité didactique’[2].  A travers ce projet, Laurence Balleux et Stéphane Colognesi  proposaient de suivre deux objectifs : le premier, permettre aux formateurs de s’initier à l’utilisation pédagogique des TIC dans leurs cours  et le second de réunir différents partenaires (étudiants, instituteurs, directions d’écoles fondamentales, didacticiens, psychopédagogues, chercheurs) pour mettre en évidence l’intérêt et surtout la manière d’utiliser les TIC au service des apprentissages.

Dans la continuité de ce projet, le trio de Direction de l’ENCBW a souhaité profiter de cette impulsion pour donner une première réponse aux interpellations nombreuses quant à la formation proposée aux futurs enseignants à l’heure des mondes virtuels.  Dès le mois de septembre 2013, les contours de l’ENCBW numérique se sont mis en place : une volonté d’augmenter considérablement les outils technologiques mis à la disposition des professeurs et des étudiants.  Il s’agissait tout d’abord de réunir un budget qui puisse répondre à l’ambitieux projet. Les membres du  conseil d’administration se sont laissé convaincre d’inscrire l’ENCBW dans ce monde en mutation et d’accorder à ce projet les moyens financiers et humains nécessaires à sa mise en place.
Notre trio de Direction s’est ensuite entouré d’une équipe pour construire ce projet.  Professeurs et membres du service informatique se réunissent ainsi chaque mois pour mesurer l’état d’avancement du projet. Deux aspects sont actuellement au centre de nos préoccupations : d’une part l’aspect matériel et d’autre part l’accompagnement pédagogique des enseignants.

En ce qui concerne l’aspect matériel, il s’agit avant tout de couvrir tout l’institut d’une connexion wifi, ensuite il s’agit d’étudier le placement d’une quinzaine de tableaux blancs et d’autant de projecteurs interactifs, enfin il s’agit aussi de l’achat d’une nouvelle flotte de tablettes en complément des iPad initialement acquis pour le projet Didac’Tic. Outre ces moyens techniques importants, l’ENCBW numérique disposera aussi de moyens humains avec un responsable technique et un conseiller pédagogique  qui viendront  accompagner les enseignants dans l’utilisation de ces outils.

Au moment d’écrire ces lignes, le planning initialement prévu permet d’envisager son déploiement dès le début de l’année académique prochaine. Bien entendu comme dans bien d’autres projets de cette envergure rien ne pourra se faire sans une volonté et une disponibilité de l’ensemble des membres de l’ENCBW.  On peut croire cependant qu’avec des étudiants qui nous poussent depuis des années, nous ayons les ressources pour envisager paisiblement cette mutation

 

Olivier Magos

 

[1] Voir http://goo.gl/YzWPSI

[2] http://projetdidactic.wordpress.com/